Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Les coopératives dans la recherche 2017 à Biot - Alpes-Maritimes / Foxoo
 Alpes-Maritimes
Partagez  Facebook Google LinkedIn StumbleUpon StumbleUpon Email
Publié le 12/01/17 | Vues : 80


Les coopératives dans la recherche 2017 à Biot / Alpes-Maritimes

Cet évènement est passé.  Ne manquez pas le prochain !
Foxoo vous informe dès l'annonce des prochains évènements sur le même thème ou se tenant au même endroit. Inscrivez-vous, c'est gratuit et révocable à tout moment.

> Inscrire une alerte

Evènement passé.

Le mardi 17 janvier 2017 à Biot.

Avec une introduction de Marc Barret, Directeur exécutif de l’Innovation au sein de l’Idex UCA JEDI sous réserve

Mardi 17 janvier 2017,Campus SophiaTech, Learning Centre

http://bibliotheque.unice.fr/infos-pratiques/bibliotheques/sophiatech


09h30 – 12h30

Les sociétés coopératives et leur dérivé, les SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif), constituent aujourd’hui un modèle qui suscite de plus en plus d’intérêt, comme alternative aux startups, qui demeurent la perspective “naturelles” pour les chercheurs souhaitant développer leur activité en dehors du cadre de la recherche stricto sensu, mais aussi plus largement, pour redonner un autre sens au travail tout en contribuant à une véritable refondation démocratique. Comme le souligne Frédéric Lordon :

” Qu’elle s’adonne à l’activité particulière de fournir des biens et services n’empêche pas une collectivité productrice de recevoir, précisément en tant qu’elle est une collectivité, le caractère d’une communauté politique — et d’être autogouvernée en conséquence : démocratiquement.”

A l’heure où les modèles coopératifs se multiplient, il est intéressant de les confronter aux évolutions récentes de la recherche (recherche par projet, insistance sur l'”excellence”, surspécialisation liés aux critères d’évaluation, concurrence accrue entre centres, équipes et laboratoires, etc.), et plus particulièrement au plan local, dans le cadre du développement de l’Idex UCA JEDI, dont l’objectif avoué vise à de favoriser les coopérations transversales et transdisciplinaires entre les acteurs qui le composent. Comment rendre la recherche plus démocratique et soucieuse de durabilité quand la moyenne des projets, comme des startups, est d’à peine trois ans ? Comment passer de la compétition tous azimuts à des nouvelles formes de coopérations qui supposent de dépasser les silos de l’évaluation ? Comment, plus largement, faire en sorte que la recherche contribue à l’établissement de nouveaux communs au bénéfice (réel) du public ?

Face à toutes ces questions, nous recevrons Anita Protopappas qui présentera Coopetic Recherche, une coopérative d’activité et d’entrepreneurs (CAE) permettant aux chercheurs et ingénieurs de recherche d’exercer leur activité en facturant leurs services sur des missions qu’ils peuvent définir à la fois dans les laboratoires académiques et privés leur donnant ainsi la possibilité aussi de développer leur propre projet de recherche. Centrée sur l’humain et les compétences des docteurs et ingénieurs, la coopérative offre un nouveau modèle d’exercice de leur métier de chercheur, avec un statut de salarié (en CDI) associé au sein d’une structure apportant un support administratif, comptable et juridique ainsi qu’un accompagnement. La philosophie et l’objectif du projet de la coopérative est de mutualiser les moyens et les compétences et de développer l’interdisciplinarité http://www.coopetic-recherche.com/).

Pour échanger avec elle, plusieurs acteurs locaux nous rejoindront :la coopérative (SCIC) du numérique Mnémotix, issue de l’équipe-projet WIMMICS (UCA, Inria, CNRS, I3S), représentée par ses deux co-fondateurs, Mylène Leitzelman et Nicolas Delaforge http://mnemotix.com/) ;

La Fabrique des Mobilités, représentée par son fondateur, Gabriel Plassat (Ademe), qui agrège une communauté d’acteurs de la mobilité autour de la fabrique de communs mutualisés, seule à même de leur permettre d’envisager de rivaliser avec les grands oligopoles du numérique qui sont aujourd’hui partie à la conquête de ce secteur http://lafabriquedesmobilites.fr/) ;

le Club CapEF, représenté par Christophe Sempels, promoteur de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération qui entend outiller le passage d’une économie basée sur la compétition à une économie fondée sur la culture d’écosystèmes partagés http://www.club-cap-ef.com/) ;

 la SCIC T.E.T.R.I.S., située à Grasse, dont les activités vont de la recherche-action à l’éducation populaire et s’appuient des installations allant du Fab Lab à l’épicerie collective, le tout s’inscrivant dans un horizon qui est celui de la soutenabilité au plan environnemental http://scic-tetris.org/index.html .

Cette matinée s’inscrit dans le cadre de la réflexion menée par la plate-forme « TCP-IP + Blockchain » (Transdisciplinary Collaborative Plaform for Internet of things and Platform-cooperativism + Blockchain), initiée dans le cadre des réponses à Manifestation d’Intérêt (MI) de l’Idex, en vue de répondre à l’appel à projet Pré-Maturation et d’envisager la possibilité de faire de TCP-IP+ B une coopérative de recherche.

Learning center

930 route des colles sophia antipolis
Débute à 09H30




Compléter / corriger
Poster vidéo / photo
Promotions


Suivez @foxoo06 
L'actu des Alpes-Maritimes
avec Twitter